Les nouveaux tissus organiques bientôt dans nos garde-robes

Des cuirs synthétiques réalisés à partir de pelures de fruits et légumes au nylon recyclé, déchets de filets de pêche, nos déchets n’ont jamais été aussi tendance. Passage en revue des nouveaux tissus durables qui arriveront bientôt dans nos garde-robes.

Econyl

Créé en 2011 par le fabricant de textile italien Aquafil, Econyl a été initialement privilégié par les marques de vêtements de sport et de natation telles que Speedo et Adidas. Cependant, il est maintenant adopté par les maisons de couture de luxe, grâce à sa ressemblance avec le nylon traditionnel. Fabriqué à partir de filets de pêche abandonnés et de restes de tissu destinés à l’enfouissement, Econyl est fabriqué selon un processus de recyclage chimique dans lequel les déchets plastiques sont décomposés en polymères, avant d’être transformés en un fil de nylon pouvant être recyclé à l’infini sans jamais perdre de sa qualité.

Econyl
Selected by

C’est ainsi que Prada a lancé une ligne de sacs en nylon en Econyl en juin dernier et prévoit de remplacer tous ses produits en nylon par de l’Econyl d’ici 2021, tandis que Burberry a lancé les trench-coats Econyl en août. Enfin, la marque de collants de luxe Wolford vend des collants et des chaussettes en résille fabriqués à partir de ce matériau.

Econyl, PRADA
Selected by
Mylo

Développé par la société de bio-ingénierie Bolt Threads de San Francisco, Mylo est un autre faux cuir fabriqué à partir des cellules de mycélium trouvées dans les champignons. Le mycélium se développe dans un plateau avec des nutriments supplémentaires jusqu’à ce qu’il devienne spongieux. Il est ensuite comprimé, teint et tanné pour lui donner son fini cuir. Stella McCartney a ainsi déjà travaillé avec Mylo sur un prototype de son sac Falabella, qui a été affiché à l’exposition V&A’s Fashioned from Nature.

Mylo
Selected by
Microsilk

Autre création de Bolt Threads, Microsilk est une soie de laboratoire inspirée de la soie produite par les araignées pour tisser leurs toiles. La soie synthétique est ainsi fabriquée en imitant les protéines de la soie d’araignée, via un processus de fermentation d’eau, de sucre et de levure. Stella McCartney a déjà utilisé ce matériau pour créer une robe de cocktail en maille d’or, exposée au MoMA en 2017, et continue de collaborer avec la société pour ses futures collections.

Microsilk, Stella McCartney
Selected by
Microsilk, Stella McCartney
Selected by
La peau de pomme

Travaillant avec des vergers de pommiers dans les Alpes italiennes, la société italienne Frumat transforme les déchets de pomme en un faux cuir biodégradable végétalien. Une innovation si convaincante qu’elle a remporté le prix de la technologie et de l’innovation aux Green Carpet Fashion Awards 2018 à Milan. Ce matériau a été utilisé par la marque brésilienne de développement durable Zilver, pour ses vestes et les pantalons de motards, ainsi que par la marque de chaussures Po-Zu, qui a lancé les baskets en peau de pomme en août dernier.

Frumat
Selected by
La noix de corozo et les protéines de lait

En plus de rechercher des alternatives écologiques aux tissus, les marques axées sur le développement durable envisagent également des alternatives aux éléments en plastique tels que les boutons. Des marques telles que Ralph Lauren, J. Crew, Banana Republic et Folk font partie de celles qui ont commencé à utiliser Corozo, un fournisseur de boutons à base de noix de corozo, originaire d’Amérique du Sud, tandis que Phoebe English a utilisé des boutons à base de caséine – une protéine naturelle lait – dans sa collection printemps / été 2020. La protéine est traitée et durcie dans des feuilles à partir desquelles les boutons sont coupés. Rien de plus simple.

Corozo
Selected by