Antelier Sumbiosis Slow-Devored

14 Juillet 2022 – Par Promostyl

SLOW DEVORED – LE TEXTILE EN ALLIANCE AVEC LE VIVANT

C’est en 2018, après avoir travaillé pendant 8 ans aux côtés de Tzuri Gueta que Tony Jouanneau fonde l’atelier Sumbiosis à Paris. Cet atelier est destiné à réorienter l’ennoblissement textile en proposant des hypothèses de créations innovantes et compatibles avec notre environnement. Tony Jouanneau associe sa maîtrise des techniques textiles à l’expertise de biologistes afin de mettre en place, à l’aide du vivant, de nouvelles méthodes de traitement textiles.

Atelier Sumbiosis - Slow Devored
Atelier Sumbiosis - Slow Devored
Atelier Sumbiosis - Slow Devored
Atelier Sumbiosis - Slow Devored

Il pousse encore plus loin la réflexion dans son projet Slow devored, où des insectes sélectionnés avec l’aide d’entomologistes mangent littéralement le textile. Le dévoré textile est un savoir-faire destiné à détruire chimiquement certaines fibres d’une étoffe pour en révéler la transparence. Slow Devored est conçu comme une pratique alternative et naturelle à ce procédé d’ennoblissement nocif. En suivant le dessin d’un « cabinet à dévorer », un insecte kératophage décomposeur de fibre vient lentement ennoblir l’étoffe.

Slow-Devored-Atelier Sumbiosis
Slow-Devored-Atelier Sumbiosis
Antelier Sumbiosis - Slow-Devored
Antelier Sumbiosis - Slow-Devored

Sur les conseils de l’OPIE (Office pour la Protection des Insectes et leur Environnement), l’atelier Sumbiosis a choisi le coléoptère péruvien. Les insectes prennent alors le statut d’artisans, dans un cycle de collaboration avec le vivant. Au début de la chaîne, le Bombyx Mori va produire le tissu et, en fin de chaîne, les larves de coléoptères le dévorent, avant d’être remises en élevage et recréer des larves.

Slow-Devored-Atelier Sumbiosis
Slow-Devored-Atelier Sumbiosis
Slow-Devored-Atelier Sumbiosis
Slow-Devored-Atelier Sumbiosis

Ce projet a pu être réalisé grâce à la collaboration d’entomologistes. Mais aussi avec l’aide de nombreux partenaires, notamment : l’IFM, Première Vision, l’école des arts décoratifs de Paris, la fondation d’entreprise Hermès ou encore l’ENSCI les ateliers. Les premiers résultats Slow Devored permettent d’espérer des pièces ennoblies de haute facture, à la fois rares et uniques.